ENTREPRENDRE, Marketing

5 CONSEILS POUR REUSSIR VOS MARCHES DE CREATEURS

On les voit désormais partout et de plus en plus tôt arriver : les marchés de Noël ont le vent en poupe parce qu’on enfin shopper différemment, auprès de créateurs et d’artisans dont l’histoire et le savoir-faire font toute la différence. En plus de servir notre économie locale, on soutient nos entrepreneurs au lieu d’enrichir des multinationales sans âmes (et dites vous qu’à la base, je suis plutôt capitaliste, c’est vous dire combien les temps changent !).Je guette donc les affiches chez les commerçants à l’affût du prochain évènement qui aura lieu dans ma région. C’est toujours l’occasion pour moi de découvrir de nouveaux talents et de m’inspirer de leurs bonnes pratiques pour vous aider vous aussi à réussir vos marchés de créateurs.

Voici donc 5 points à ne pas négliger pour être au top le jour J et vous assurez des ventes à coup sûr :

  • Le stock : que prendre, combien prendre, mieux vaut-il avoir plus que pas assez ?  L’expérience des marchés qui se suivent (et ne se ressemblent pas forcément) vous permettra d’ajuster vos stocks au fur et à mesure de vos participation. Pensez-à prendre des commandes sur place en annonçant un délai de livraison, renvoyez vers votre site internet ou fabriquez sur place si votre discipline le permet

 

  • Le packaging : un bel emballage, un “packaging pro” sera gage de qualité et inspirera plus confiance qu’une création lambda sans contenant. Il véhicule votre image et prolonge votre existence jusqu’à la personne qui recevra votre création en cadeau. De cette façon, elle sera à même d’aller visiter votre site et peut-être à son tour devenir client. Il est aussi plus facile d’offrir un produit déjà emballé ou perdu comme fini (avec une étiquette à votre logo par exemple) que de repartir avec un objet fait-main “tout-nu”.

 

  • Le stand : pour réussir son stand, la préparation est obligatoire, le penser, le dessiner, le simuler chez soi sont des étapes clés. Pensez à des versions de repli également, si le jour J, l’espace ne ressemble pas à ce que vous aviez prévu. Mieux vaut donc vérifier un maximum en amont avec les organisateurs, la place dont vous disposerez réellement en leur demandant de préciser comment le passage des visiteurs s’effectuent.

 

  • Le dialogue : il sera difficile de vendre si vous ne vous exprimez pas, essayer d’engager la conversation, établissez un dialogue, une relation de confiance, basée sur l’écoute et l’échange, oui le but ultime c’est de vendre, mais le but premier c’est d’apprendre à connaîte son client. Pensez à partager votre histoire au maximum (en allant faire un tour par ici : où je parle du pouvoir du “story sterling“)

 

  • La communication en amont : ne négligez pas tout le travail d’information qu’il vous faudra faire en amont, parler de vos manifestations, notamment sur les réseaux sociaux, des lieux sur lesquels vous serez présents, même si vous n’êtes que participant et non organisateur, chacun doit apporter sa pierre à l’édifice et faire parler de l’évènement

N’oubliez pas qu’un marché ne fait pas l’autre, que selon les lieux, les dates, la saison, les organisateurs, les actualités, la météo, tout peut changer du tout au tout. Quand une année, le marché auquel vous participez aura été un succès, l’année suivante peut s’avérer décevante. Il est donc important de réussir à identifier ces paramètres qui peuvent expliquer vos ventes comme vos non-ventes. Aussi, rapprochez-vous des personnes ayant déjà participé à des événements antérieurs pour vous conseiller. Certains lieux affichent complet de part leur ancienneté et leur très bonne organisation qui leur promettent chaque année une nouvelle belle édition. C’est le cas notamment de l’Hotel Boheme ou encore du marché Klin d’oeil dont les participants sont retenus sur candidature.

Laisser un commentaire