Développement, ENTREPRENDRE

L’HEURE DU BILAN 2018

Me voilà devant Netflix, et plus précisément devant la série Super Girl, dont je n’arrive pas à décrocher depuis Noël, avec dans la tête ce bilan 2018 à écrire. Je repousse l’échéance depuis quelques jours au point où il m’a fallu relire les 10 conseils pour faire son bilan que j’ai rédigés et publiés il y a deux ans. Et je vais commencer par suivre le premier des conseils, celui qui suggère de lister les événements majeurs de cette année qui signait aussi les vingt d’ans d’absence et de manque paternels.

La reprise de Pitimana

Je vais éviter le listing chronologique, tout simplement parce qu’en me posant la question : “Que s’est-il passé cette année ?” – un seul mot me vient à l’esprit : Pitimana. Le rachat de cette plateforme de créations fait-main françaises n’était pas du tout planifié. Cette reprise ne faisait en aucun cas partie d’un objectif. Je ne pense pas non plus avoir fait ma proposition à sa fondatrice pour les bonnes raisons. Quand j’ai vu son message sur les réseaux annonçant qu’elle souhaitait laisser la main, j’ai tout de suite pensé à partager son annonce sur la page Facebook des Entrepreneuses Créatives, me disant que ce projet pourrait en intéresser plus d’une. Et là, venue de nulle part l’idée de reprendre Pitimana moi-même m’a traversée l’esprit et ne m’a plus quittée, me conférant à tord l’impression que ce site web me confèrerait un “vrai métier” et la reconnaissance professionnelle que je ne pense pas avoir des miens.

J’ai vite compris que sur ce point, je m’étais totalement fourvoyée et qu’en rien ce nouvel outil de travail ne me confèrerait une quelconque nouvelle importance. Cependant, contre toute attente, la reconnaissance est venue de celles que je ne connais pas, mais qui pourtant connaissent déjà mon travail à travers les livres pour entrepreneuses que je co-écris aux éditions Eyrolles. Je me suis ainsi entendue dire plusieurs fois : “Pitimana te va si bien, c’est tellement toi !”. Je ne dispose pas du temps suffisant ni des finances conséquentes pour faire de Pitimana ce que je souhaiterais mais étape par étape, je prends mes marques et donne à la plate-forme ma propre touche à commencer par la nouvelle identité visuelle créée par le studio graphique Brine. Pitimana est sans aucun doute un projet à long terme pour lequel il me faudra être patiente. Les retombées financières ne sont pas la priorité, cette plateforme est une nouvelle corde à mon arc qui me permet de participer encore plus activement aux problématiques de vente des créatrices françaises et francophones.

Deux nouveaux livres pour entrepreneuses

Si l’impression de ne pas avoir fait grand-chose cette année m’hante parfois, je devrais pourtant me rappeler la sortie de notre quatrième guide aux éditions Eyrolles : Organiser des ateliers créatifs (qui comme les trois premiers, nous a demandé une petite année de travail avec de bons moments de last minute rush même en pleines vacances). Et puis aussi la mise à jour de notre best seller Vendre et mettre en avant ses créations, sorti en 2012, et qui existe désormais dans sa troisième édition  enrichie depuis novembre dernier. Autant vous dire que ce “petit” dernier m’a donné quelques sueurs froides cet été ! Je n’aurais pas pensé qu’une mise à jour puisse demander autant de travail. Au final, je suis ravie du rendu, de la nouvelle couverture, et de l’accueil qu’il a reçu. Ecrire pour cette audience est sans conteste une vraie source de satisfaction.

Je me pose cependant souvent la question du quand et du comment mes conseils ne seront plus nécessaires ou opportuns. Le marché du fait-main s’écroulera-t-il un jour ? Les nouvelles économiques sur le sujet sont pourtant rassurantes mais il est pour moi important de ne pas juste se reposer sur ses lauriers et je réalise qu’aucun accomplissement n’est désormais acquis à vie. L’année à venir apportera encore un nouveau travail de mise à jour : celui du Guide des Entrepreneuses Créatives, lui aussi arrivé en rupture de stock depuis quelques mois.

De belles rencontres

Et pour finir, parce que je sens que je pourrais m’éterniser ici sur ce bilan débattant des heures entre ce que j’ai réussi à faire et surtout ce que je n’ai pas eu le temps, l’énergie, la motivation de faire… je retiendrai de cette année toutes ces rencontres faites en ligne mais aussi en vrai à commencer par les douze participantes à la première saison de ma série “Une année pour s’initier” pendant laquelle je me suis appliquée à vous présenter une fois par mois une nouvelle discipline créative à travers le témoignage d’une experte. J’avais en effet placé 2018 sous le mot DECOUVERTE et ce choix m’a donné une belle ligne directrice qui m’a servi de guide tout au long de l’année, notamment pour la tenue de ce blog qui demande temps et inspiration.

Cette inspiration je vais la chercher en essayant de me détacher de mon ordinateur et sortir de ces écrans qui peuvent trop souvent m’immobiliser. J’ai commencé 2018 en testant le tricot à la main chez Seize à Paris, j’ai testé le punch needle avec Les Lovers et le bouturage avec Margochato. Et j’ai eu la chance d’organiser deux ateliers créatifs autour du masking tape dans deux super lieux rouennais : le restaurant Hygge et le concept store éphémères Smile, et d’apporter mon aide à la marque japonaise “mt” en réalisant des tutos et des réalisations pour la presse et en participant sur le salon Créations & Savoir-faire.

En parlant du salon, ce fût encore un beau moment passé avec Sandrine sur le stand de notre éditeur Eyrolles le samedi pour une séance de dédicaces autour de nos guides pour entrepreneuses du fait-main. J’ai  d’ailleurs adoré aller la rencontrer à Lyon en mai dernier malgré la grève perlée de la SNCF (cette ville est juste topissime pour les créateurs !). Les voyages ont d’ailleurs été au rendez-vous cette année, toujours dans ma poursuite du thème de la découverte, avec au programme un séjour à Séville avec ma marraine et un séjour en famille à New-York.

Le retour de ces beaux voyages m’a laissé un peu nostalgique, chose rare pour moi qui aime tant rester et rentrer chez moi. Etre trop loin, trop longtemps n’est pas pour moi. Se retrouver sur sa terre natale est toujours rassurant, surtout quand il m’est possible de rendre service à des entrepreneuses de talent. J’ai ainsi pour leur prêter assistance dans le shooting de leur créations fait-main pour les mettre en valeur.

La dernière rencontre reste celle avec moi-même. Celle que vous pouvez lire entre les lignes de mon interview sur le magnifique blog Et si deux mains, qui m’a poussée dans mes retranchements pour me rendre compte que les questions posées étaient le reflet de ce que je transmets à travers mes mots sans même en avoir pris conscience moi-même. L’approche de la quarantaine et de la moitié supposée de ma vie y est peut-être pour quelque chose mais je crois aux synchronicités et aux connections qui nous dépassent et qui pourtant nous influencent au point de nous déstabiliser. Cette année fût en réalité un vrai rendez-vous avec mon passé et les décisions prises dans l’émotion d’une adolescence avortée et la préservation d’un souvenir que je pensais devoir préserver. La donne est désormais différente et j’ai comprise que si le passé avait dicté ma vie jusqu’à présent, il était important de redistribuer les cartes.

Enfin, si vous souhaitez vous aussi faire de belles rencontres, je vous conseille de me retrouver sur Instagram pour la seconde édition du challenge pour entrepreneuses créatives : #monbusiness2019. Ce challenge de 31 jours sur tout le mois de janvier est un vrai booster pour ce début d’année. En suivant les thèmes quotidiens, vous travaillerez sur votre business créatif et bénéficierez aussi de la participation d’autres entrepreneuses, véritables sources d’inspiration et de motivation.

1 Commentaire

  1. Sophie

    11 janvier 2019 at 9 h 30 min

    Une bien belle année ! Je te souhaite une merveilleuse nouvelle année dans le présent avec la vraie Sophie que tu es devenue <3 Je t'embrasse fort xoxo

Laisser un commentaire