ENTREPRENDRE, Parcours

OUVRIR UN “CAFE DES CHATS”

Le Café Moustache a ouvert à Rouen en octobre dernier et je suis vite allée visiter ce nouveau lieu avec avec ma grande. J’y suis retournée seule pour poser aux créatrices quelques questions sur leur parcours. Parce qu’on se lève pas un matin comme ça en se disant : “Tiens si j’ouvrais un café des chats !” surtout quand on est déjà salariée. Mais voilà Julia et Constance sont des amoureuses des chats et ne s’épanouissent plus dans leur travail. L’une est diplômée d’un master en langues et l’autre est issue d’une formation en photo et communication. Elles se sont rencontrées via une amie et en commun. Elles ont toutes deux déjà visité un café des chats en France ou en Angleterre et leur idée leur plait d’autant qu’il n’y en a pas sur Rouen. Il en existe qu’une vingtaine en France et le plus vieux, à Paris, n’a que 4 ans d’existence.

Se lancer et calculer après

Elles sont employées de la même agence de webmarketing et posent leur démission pour mener à bien leur projet. Contrairement à d’autres qui commenceraient par regarder si cette idée est viable en se plongeant dans un tableau Excel pour croiser les chiffres et enchaîner les calculs. Julia et Constance se sont lancées autrement en organisant une campagne de crowdfunding sur la plateforme KissKissquekBank pour récolter un apport significatif de 8500 euros. De cette façon, elles espèrent tester leur idée auprès du public et voir si l’adhésion est au rendez-vous… En un mois seulement elles atteignent leur objectif et le dépassent même à la fin des 40 jours de la récolte.

Portées par cet élan de générosité, elles se mettent en quête d’un local et du financement restant pour ouvrir le café mais là une seule banque accepte de les suivre (mais le timing et les conditions ne conviennent pas) en leur projet et aucune agence immobilière ne les recontacte… Elles trouvent le local seules et font finalement appel à un prêt familial. C’est aussi leur entourage qui leur fournit le mobilier pour le café et ont recours au système D pour les accessoires à chats qu’on trouve dans leur local (voir ci-dessous le tonneau transformé en maison à chat). La compta et les finances ne sont pas leur point fort, elles sont alors accompagnées par la CCI de Rouen et la BGE qui leur permettent de monter leur plan de financement et leur prévisionnel (qu’elles ont voulu prudent). Il leur faut alors rechercher tous les prix d’achats et évaluer les charges qui les attendent afin de calculer leurs prix de vente et leurs marges et s’assurer une rentabilité dès la première année.

Se former et apprendre vite mais toujours

Il n’existe pas de formation à proprement parler pour ouvrir un tel lieu de restauration. Elles doivent cependant se former à Maison Alfort pendant 3 jours auprès de vétérinaires pour obtenir leur certificat de capacité pour s’occuper d’animaux domestiques (CCAD). Elles doivent aussi s’inscrire auprès de la Chambre des Métiers en tant qu’artisans car elles fabriquent une partie de ce qu’elles servent à manger. Julia et Constance se sont appliquées à rechercher des prestataires locaux pour leur carte mais aussi pour nourrir leurs chats. Elles ont ainsi mis en place des partenariats avec deux entreprises locales dont Doggy Docks qui leur a fourni tout le matériel pour leurs petits félins (type arbre à chats et jeux). Et les chats dans tout ça ?

Beaucoup diront (leur ont dit) que c’est honteux de se faire de l’argent sur le dos des animaux mais heureusement les deux entrepreneuses ne se laissent pas démonter par ces commentaires négatifs reçus sur la toile. Elles entendent bien donner du sens à leur projet. Comment le rendre solidaire ? Comment agir à leur façon pour la cause animale ? Comme toute bonne idée, elle est simple mais encore fallait-il y penser : le café accueillera des chats abandonnés et recueillis par une association. Le café leur permettra de (re)trouver une famille pour la vie. Elles lancent un appel sur les réseaux pour trouver une association avec qui collaborer mais sans réponse immédiate. C’est l’association Félin’possible 76 qui se rapproche d’elles, et convaincues de leur sérieux décide de travailler avec elle. C’est elle qui sélectionne les chats qui rejoindront le café et c’est aussi l’association qui traite les demandes d’adoption suite aux rencontres au café. Depuis l’ouverture c’est d’ailleurs une belle dizaine de boules de poiles à quatre pattes qui ont trouvé un foyer.

Donner du sens à son travail

Leur histoire fait partie des projets entrepreneuriaux “différents” que j’aime découvrir. Je leur ai donc demandé les conseils qu’elles donneraient si on les contactait pour ouvrir un café des chats ou ceux qu’elles auraient aimé recevoir il y a un an. Si vous n’aimez pas le service (au sens propre comme au sens figuré), autant vous dire que ce travail n’est pas fait pour vous ! Ces jeunes entrepreneuses ne comptent pas leurs heures, et si elles comptent ajuster leurs horaires d’ouverture une fois qu’elles auront une meilleure vision sur la fréquentation du café, elles ne parlent pas encore de vacances et se laissent un an pour faire le bilan de cette ouverture. Elles savent que l’effet nouveauté va s’estomper et elles réfléchissent déjà doucement à des sources de revenus complémentaires (produits dérivés – moi j’ai hâte d’avoir une mug du Café Moustache tellement leur logo est sympa – privatisation pour des événements privés – ateliers DIY pour fabriquer ses accessoires pour chats…). Julia et Constance insistent sur la nécessité de suivre les formations et les normes d’hygiènes que la DPP impose (aucun contact des chats avec la nourriture, tous les gâteaux sont sous cloche, cuisine toujours fermée, pièce à chats séparés et litière impeccable). Elles proposent volontairement une carte réduite pour simplifier la gestion des approvisionnements et des services. Il ne faut pas hésiter à tester et voir ce qui fonctionne (ou pas), disent-elles. C’est encore en faisant qu’on apprend vite. Le café n’est pas immense. Il peut accueillir  jusqu’à une trentaine de personnes mais pour les 6 pensionnaires présents, pour lequel bien-être  et repos sont primordiaux, cette capacité est déjà bien suffisante ! Le café ne désemplit pas et ce succès est aussi du à leur communication. Un nom et un logo sympa (merci les études de Constance) associés à une présence continue (et ce depuis le début de leur aventure) sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) leur ont permis de se construire une belle communauté d’amoureux des chats. Ne pas s’arrêter aux commentaires désobligeants, s’y prendre tôt pour le local et la communication semblent être les 3 facteurs qui ont permis à ce beau projet de voir le jour.

En attendant de vous y rendre si vous êtes de passage sur Rouen, je vous recommande de suivre leur histoire sur Instagram @cafemoustacherouen

ouvrir-cafe-chat ouvrir-cafe-chat ouvrir-cafe-chat

Laisser un commentaire