Développement, ENTREPRENDRE

2019 : CONNAISSANCE DE SOI

Depuis l’année dernière, j’ai choisi de placer mon année sous une intention qui prend la forme d’un “mot”. Ce mot est là pour me guider à travers l’année et me rappelle – comme un fil conducteur – la direction que je souhaite donner à mon travail et à ce blog en particulier. En 2018, j’avais choisi le mot “DECOUVERTE”, je me suis alors attachée à vous faire découvrir de nouvelle discipline créative à travers ma série : “Une année pour s’initier“. Je suis donc partie à la recherche de créatives acceptant de partager sous forme de questions/réponses leur savoir-faire et leur passion. Je connaissais certaines d’entre elles de près ou de loin et pour d’autres, elles ne me connaissaient pas plus que je ne les connaissais, les ayant découvertes sur Instagram pour la plupart et ayant été séduite par leur travail.

2018 fût une année de souvenirs que je n’avais pas vraiment anticipés, je ne pensais en effet pas être si sensible aux dates anniversaires, et les événements du passé se sont rappelés à moi, parfois de façon violente, sans que je puisse y faire quoique ce soit. Plusieurs lectures comme “Pour que ma joie demeure” de Marie Perez et encore “Quatre murs et un toit” de Camille Anseaume m’ont replongée dans un passé douloureux qui fêtait ses vingt ans cette année. Je ne savais pas ce que l’expression “la mémoire du corps” signifiait et j’ai pu prendre pleinement conscience à mes dépends de ce phénomène. D’autres lectures comme “La confiance en soi” de Charles Pépin, “Hit Makers” de l’américain Derek Thompson , “How not to give a shit” de  ou encore “Délivrez-nous du bien” de Natacha Polony m’ont permis de prendre plus pleinement possession de mes croyances et d’assumer mes pensées. Chose pas toujours évidente dans une époque où le jugement est facile.

De ces lectures et de ces découvertes guidées ou fortuites, oscillant entre sérendipité, synchronicité et ténacité, est née l’envie d’en apprendre plus, d’en savoir plus, et notamment sur moi. J’ai appris, l’année de mes 35 ans que je disposais, alors même que j’en doutais, d’un potentiel intellectuel élevé, voire “pathologique”, si on se compare au reste de la population (seuls 2,5% seraient concernés par la douance). Découvrir qui nous sommes réellement, comment nous fonctionnons et pourquoi nous fonctionnons ainsi, change considérablement la donne ! Si apprendre est indéniablement une source d’épanouissement, la connaissance qui permet la compréhension de soi, quelque fois même la tolérance en vers soi et en vers les autres, est la clé de bien des épanouissements personnels et professionnels. Nous avons aujourd’hui la chance que le savoir ne soit pas réservé à une élite. Nous pouvons nous auto-former en ligne, nous instruire grâce à la multitude de vidéos en ligne, profiter du partage d’expérience de milliers de blogueurs et autres internautes avides de transmettre leur savoir.

Ainsi, je m’attacherai cette année à publier ici des articles en rapport avec la CONNAISSANCE et plus particulièrement la connaissance de soi à travers diverses thématiques que je suis en ce moment en train d’identifier. Je pars donc à la recherche de plusieurs expertes sur le sujet pour vous apporter cette année encore, je l’espère, un contenu de qualité.

Laisser un commentaire