ENTREPRENDRE, Parcours

Entrepreneuse : Digitale&Nomade

Je suis ses aventures sur son blog quand j’ai envie de m’évader… Ses photos, ses mots, tous ces détails qu’elle sait raconter au gré de ses voyages sont une ballade. Je la lis et elle m’emmène au bout du monde avec un peu de pudeur et toujours beaucoup d’émotions. Consciente et quelques fois un peu gênée de cette chance de vivre pleinement sans contrainte, elle inspire celles qui la suivent. May Lopez est l’auteur du blog Vie de miettes dont la poésie ne saura vous échapper. Elle témoigne dans mon dernier livre aux éditions Eyrolles : Small Business – Créer sa marque, en sa profession de graphiste. Elle accompagne en effet entrepreneurs et créateurs dans leur communication et leur présence en ligne par son travail. Véritable couteau suisse du web et de la communication émotionnelle, elle est indéniablement douée d’authenticité. Nul doute qu’elle fait partie de ces entrepreneuses inspirantes qui vivent (de) leur créativité. Une créativité qu’elle nourrit tous les jours à travers ses rencontres et ses voyages, comme si le monde entier était son bureau. Interview d’une digitale nomade en ballade…

1. Peux tu te présentes ainsi que ton activité ?

Je m’appelle May. J’ai vingt-neuf ans. Je vis entre Toulouse et Paris. J’aime la poésie du quotidien. Ecrire, voyager et photographier. J’ai créé en 2012 mon entreprise (http://may-lopez.fr/) pour aider les entreprises, et les créateurs, à définir leur identité visuelle et leur présence en ligne en accord avec leur valeur et leur objectif. J’accompagne, je conseille, je m’enthousiasme, je créé ! Je travaille sur une communication sur mesure à la fois créative et émotionnelle. En accord avec cette identité, je confectionne également des logos, des sites internet et des documents imprimés. Je me positionne sur une communication haut de gamme et authentique.

Et, j’ai aussi un blog et un petit chien mignon.

2. Ton blog est très personnel et tes photos font preuve d’une grande sensibilité, quel rôle joue-t-il pour toi ?

Mon blog est un journal extime (Journal extime est une œuvre publiée par Michel Tournier en 2002. L’expression est un néologisme forgé par l’auteur. En opposition au journal intime, un journal extime sonde l’intimité non pas de l’auteur, mais du territoire qui lui est extérieur). Il est, en quelque sorte, mon doudou d’adulte. Il est le reflet de mes émotions et de mon quotidien. J’aime y confiner des anecdotes et y glisser des photographies. Il n’y a pas vraiment ni de pression ni d’ambition derrière. J’écris quand j’en ai le temps et l’envie. Je tiens un blog depuis mes quinze ou seize ans (en l’écrivant, je viens de me rendre compte que cela correspond à près de la moitié de ma vie, c’est dingue, non ?) et je n’ai jamais arrêté. Il m’a aidé à grandir, à prendre du recul sur mes émotions et à me construire. Il m’a permis d’avoir une pratique de l’écriture et de la photographie sûrement plus régulière que si je ne l’avais pas eu. En cela, il m’a permis de progresser.

Pour lui et curieuse, j’ai appris à développer et les bases du graphisme afin d’avoir un blog à mon image. Quand j’ai postulé à mon Master (http://sha.univ-poitiers.fr/masterweb/) et lors du concours d’entrée, j’en ai d’ailleurs fait référence. C’est, peut-être un peu, grâce à lui que j’ai été sélectionnée. C’est aussi, en partie, grâce à lui que j’ai obtenu mes stages. J’ai d’ailleurs fait mon mémoire sur les blogs personnels et sur les éléments de l’intime. C’est un sujet qui me passionne ! Et aujourd’hui, il est un carnet de bord et la plus jolie des cartes de visite. Je ne sais absolument pas me vendre. En revanche, je sais écrire et photographier ce qui me touche, me questionne ou encore m’émeut.

Voila, vous l’aurez compris, le blog et moi, c’est une belle histoire d’amour.

3. Tu voyages beaucoup, comment concilies tu ton travail et cette vie entre deux avions ?

Les voyages sont essentiels à mes yeux et font partie de mon équilibre. La créativité est au centre de mon travail. Voyager me permet de l’éveiller et de la mettre en ébullition. En voyages, mes sens sont en éveil. Je rencontre, je photographie, j’écris, je dessine. J’en parle d’ailleurs dans cet article : https://www.vie-de-miettes.fr/2017/05/02/ciel-maroc-etoiles/.

J’ai besoin de sortir de ma zone de confort pour mieux y revenir. Je n’éprouve aucune difficulté à travailler en voyages (au contraire même !) et je profite des vols longs courriers généralement sans wifi ni réseau pour prendre une longueur d’avance (c’est magique !).

4. Comment organises tu cette vie professionnelle “nomade” ? Que t’apportent et te permettent ces changements de lieux ?

Je ne suis pas moins productive en voyage, cela peut étonner, mais c’est vraiment le contraire. Je suis tellement heureuse que je développe une capacité de concentration et de travail supérieur. En ayant conscience que j’ai un temps un peu plus limité, je me disperse aussi moins. Je mets enfin un point d’honneur à ne pas être en retard sur mes calendriers prévisionnels. J’ai conscience de ma chance et je m’ajuste à mes contraintes. Je sais aussi que cela peut parfois perturber mes clients quand je décide de partir au bout du monde sur un coup de tête et que je me dois de les rassurer. Je ne peux pas me permettre de retard ou d’être moins présente. J’en parle d’ailleurs dans cet article : https://www.vie-de-miettes.fr/2016/02/08/freelance-liberte-passion/.

Pour mon organisation, généralement, je me lève assez tôt et je travaille le matin. Je profite de l’après-midi pour découvrir la ville. Le soir, je travaille à nouveau si j’ai besoin mais en général, j’en profite pour trier mes photographies, écrire ou échanger avec mes proches. Bien sûr, je m’adapte. Par exemple, je n’avais pas le wifi dans la jungle thaïlandaise durant plusieurs jours et c’était très bien. Cela m’a permis une vraie coupure. Je me souviens en avoir profité pour travailler sur des univers graphiques et écrire quelques textes. A l’inverse, au Chili, je suis restée plusieurs jours à l’hôtel pour finir un site web sans voir la lumière du jour en dehors de la petite fenêtre de ma chambre d’hôtel. Je m’adapte et je fais des compromis.

Pour l’anecdote, le soir où le site a été mis en ligne, j’ai réservé des billets d’avion pour le lendemain matin dans le désert d’Atacama.

Et, ce que cela m’apporte ? Sans hésiter et avant tout, une grande joie et un certain équilibre !

 

Laisser un commentaire