ENTREPRENDRE, Parcours

ITW PARCOURS – C’EST QUI LES PATRONNES ?

J’ai rencontré Fiona sur le salon Créations & Savoir-Faire en novembre dernier sur son stand où elle présentait ses patrons de couture. Fiona est la créatrice de la marque “Les patronnes” et ce nom m’a rappelé un projet entrepreneuriat mené par des étudiantes que j’ai eu la chance de coachées. J’ai donc engagé la conversation, il s’agissait d’une coïncidence mais j’ai tout de suite aimé son univers. Il y a de plus en plus de marque françaises de patrons de couture, lancées par des entrepreneuses créatives et il est très possible que je sollicite d’autres créatrices pour connaître aussi leur parcours, en attendant voici le sien …

1. Bonjour Fiona, quel est votre parcours ?

Mon parcours est assez… « ramifié » !  Aujourd’hui créatrice de la marque les Patronnes je pense pouvoir dire que ma vie actuelle est en fait une bonne synthèse de mes envies, et différentes expériences.

Dès le lycée j’étais tiraillée entre une école de mode ou de commerce… Fan de DIY et de couture depuis toujours, (petite, non seulement je rhabillais ma ribambelle de poupées, mais je jouais aussi, seule dans ma chambre, à animer une émission « télévisée » de petits bricolages le mercredi après-midi !!), la création a toujours fait partie de mon quotidien. Une filière artistique me titillait fortement, mais la « sécurité » l’a emporté et je me suis orientée dans un cursus assez « classique » de prépa et école de commerce, avec en arrière-pensée ce rêve de créativité au travers de l’entreprenariat.

Bonne élève, j’ai suivi les conseils prodigués, et j’ai ensuite « fait mes armes » dans un grand groupe de Télécom, en marketing de la fidélisation puis en web-marketing. Si l’aspect humain et varié de mes projets me plaisait, Dieu que l’aspect créatif et artistique me manquait !!!

J’ai pallié ce manque par une foule d’activités en parallèle : du dessin, du modèle vivant, de l’architecture d’intérieur, de la couture, etc… jusqu’à ces fameux cours du soir de modélisme, dispensés par un incroyable petit bout de femme, discrète mais pleine d’énergie, passée par les plus prestigieuses maisons de Couture, qui a su transmettre sa passion, ses méthodes, son savoir-Faire des belles finitions, …

Ce fût une sorte de réveil ! ou disons le premier bip du réveil 😉 !!Réveil sur lequel on appuie malheureusement souvent pour se rendormir quelques instants… mais la sonnerie était enclenchée ! Quelques mois plus tard deux événements sont venus raviver et concrétiser ce réveil.

D’abord la naissance de mon fils ainé : cela m’a permis de prendre du recul et refaire le point sur mes envies tant en terme d’activités pro que de rythme. Anecdotiquement, j’ai aussi appris  le tricot, grâce à Youtube, je suis restée fascinée par cette source inépuisable de tutoriels libres d’accès mais un peu déçues par la qualité de ce que j’y trouvais en couture…

Le second événement a été un plan de licenciement économique dans mon entreprise. Une occasion en or pour sauter le pas !  Je me suis donc lancé dans cette fabuleuse aventure de l’entreprenariat créatif !

J’ai (enfin !) pour la première fois eu l’impression d’être en phase avec moi-même dans mes choix : en alliant mon cursus académique, et expériences pro avec ma passion et mes envies de créer, vraiment !

2. Comment est née la marque “Les patronnes” ? Il y a déjà pas mal de marque de patrons de couture sur le marché, en quoi la tienne est-elle différente ?

Paradoxalement, avant mes formations de couture, j’ai cousu sans patron la plupart du temps.

D’une part, car j’avais du mal à trouver de jolis modèles qui ne soient pas ringards (c’est moins vrai maintenant…) et j’avais souvent une idée très précise de ce que je voulais…

D’autre part, ce que je trouvais me semblait réservé à une « élite de la couture », encore trop complexe : difficulté à déchiffrer les planches, à trouver la bonne taille, à comprendre toutes les étapes du montage, à ajouter ou non la valeur de couture, etc… et j’avais trop souvent besoin d’aide extérieure (que je ne trouvais pas forcement…)

Inversement, quand j’ai appris le tricot sur Youtube, j’ai adoré l’indépendance que cela m’a offert !

Ainsi m’appuyant sur ce que j’entendais autour de moi, et mon expérience de la couture et de débutante de tricot « youtube », j’ai voulu offrir aux débutantes en couture la possibilité de se lancer dans la conception de vêtements sympas, tout en apprenant à coudre !

Existait-il une vraie demande ? J’ai commencé une étude de marché, une étude terrain, un business plan, une étude de financement…

J’ai aussi repris une formation dans une école de mode (Esmod)  pour compléter mes précédents cours du soir de modélisme : en effet je ne voulais pas simplement « revendre des patrons bien packagés » mais il me semble indispensable d’en maitriser la conception afin notamment de pouvoir les rendre accessibles dès le patronage.

La volonté de créer des patrons de couture accessibles à tous les niveaux de couture, avec une pédagogie accentuée et en proposant des tutoriels vidéos s’est concrétisée. Et quelques mois plus tard : la marque « les Patronnes » était née.

La marque a vraiment comme axe de différenciation d’être accessible à tous les niveaux de couture et de simplifier la couture  grâce :

  • aux vidéos tutorielles,
  • à des explications « vulgarisées » (exit le jargon technique),
  • des planches simplifiés (les pièces ne se superposent pas, les valeurs de couture sont incluses),
  • des modèles, assez intemporels, déclinables à l’infini selon le tissu
  • ainsi qu’en offrant des patrons gratuits pour oser se lancer en minimisant le stress !

Nous avons d’ailleurs voulu trouver un nom qui rassemble ces valeurs :

  • une image de femme qui maitrise : avec un modèle les patronnes entre les mains, vous devenez la boss de la couture !
  • un petit côté féministe mais second degré, pour casser le cliché de la couturière traditionnelle avec son napperon en macramé !!
  • au pluriel pour rendre l’aspect collectif, et de communauté très fort dans la couture !

3. Quels sont les obstacles/difficultés/challenges que vous avez rencontrés dans votre projet ?

Les obstacles, difficultés et challenges ont inévitablement évolué avec la vie la marque.

Au début mes questionnements tournaient autour de la création de l’entreprise, trouver le juste nom (et donc réserver le nom de domaine et donc commencer le développement du site !) , entamer toutes les démarches administratives et se repérer dans ce méandre à la Française !

Puis créer concrètement le produit ? Avec quelle solution pour le site, quel outil de PAO pour les patrons,  en trouvant le « bon fournisseur » (avec le dilemme de vouloir produire en France, et recyclable, bien que cela coûte plus…)

Aujourd’hui le principal challenge, vous l’avez cité dans vos questions, est l’arrivée de nombreuse marque de patron. Nous étions une petite vingtaine sur le salon création et savoir-Faire cette année. Je mentirais si je ne vous disais pas que cela effraye un peu !  Il faut donc construire une marque forte et savoir communiquer sur nos différences afin que les clientes (de plus en plus nombreuses aussi heureusement !) sachent quel patron va leur convenir.

Une autre des difficultés que je rencontre (mais je pense que c’est aussi très lié à ma personnalité !!) est de vouloir tout faire moi-même et tout contrôler. Or les journées ne font que 24h… et il m’en faut quand même quelques-unes pour ma famille  et de sommeil 😉 !!

Entre le stylisme, le modélisme, le graphisme, le site web, la communication, la comptabilité, la gestion administrative, les videos, la vente, etc… Le risque est de vouloir tout faire et de se perdre. Il faut trouver ses chevaux de bataille, conserver ceux où on garde une vraie valeur ajoutée et déléguer le reste (à des prestataires majoritairement en ce qui concerne « les Patronnes » ).  Et si tout va bien, cela continuera à évoluer !

4. A quoi ressemble votre quotidien d’entrepreneuse créative ?

J’adore mon quotidien ! Car il n’y a pas deux jours pareils ! Le fait de monter ma boite était aussi fortement dicté par une envie de flexibilité,  travailler tout en profitant de ma vie de famille, pour voir les enfants grandir. Exit les horaires de bureau où on court après un métro pour arriver à l’heure chez la nounou, où l’on stress dans les embouteillages de rater la sortie de garderie et de se faire (encore) attraper par la directrice, etc !

Je commence donc mes journées un peu plus tôt mais cela me permet de m’occuper de mes enfants le soir (et bien souvent de me remette à mon bureau après le diner…)

Aujourd’hui je partage mes semaines de travail, disons pour un gros 4/5ème sur les Patronnes, une demi journée d’engagement associatif pour la crèche parentale où nous sommes très investis, et le mercredi après-midi avec les enfants.

Ensuite pour revenir sur les journées sur Les Patronnes c’est assez dicté par la création des modèles, avec en plus la « gestion du quotidien » : veille de style, dessin des modèles, et sélection, modélisme, création du livret d’explications, envoi et retours des testeuses, énièmes retouches du patron, retouche et validation des livrets avec la graphiste,  tournage des vidéos, réalisation des prototype et shooting, impression, rendez-vous avec les partenaires, les distributeurs, envoi des commandes, préparation des événement (comme CSF, sacré morceaux !) , développement commercial, animation du web social, amélioration du site, … et hop on repart sur la création suivante et le cycle se relance !

Pour autant c’est différent à chaque fois. Mais la difficulté est de bien « fragmenter » ces étapes.

5. Quels conseils donnerais-tu à celles qui souhaitent lancer leur marque créative ?

Si vous avez une idée qui vous tient à cœur mais que vous hésitez encore… Lancez-vous ! N’attendez pas que tout soit parfait, (ca risque de ne jamais l’être !!)… Commencez petit, puis grandissez, étayez, améliorez progressivement ! Rome ne s’est pas faite en un jour ! Mais vous aurez la satisfaction d’avoir produit quelque chose concrètement et pour le reste votre passion vous guidera. On se contente souvent du stade d’idées, de projets potentiels, mais quand on franchit le cap, on est encore plus heureux !  … et les rêves vont encore plus loin !

Pour finir une petite phrase qui résume bien l’American Dream que j’aime beaucoup, de Walt Disney «  Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire » !

Pour découvrir et commander ses patrons : site LES PATRONNES

1 Commentaire

  1. Dorothee

    13 janvier 2018 at 13 h 06 min

    Bonjour merci pour cette interview qui est très instructive . Vitre article est très agréable à lire.

Laisser un commentaire