ENTREPRENDRE

Mieux se connaître : grâce aux annales akashiques

Cela fait des semaines que cet article est en préparation. Plusieurs mois aussi que le thème est arrêté et que j’ai obtenu les réponses de Nadège de l’Atelier23, mais avant de vous en parler ici comme outil de connaissance de soi, thématique à laquelle j’ai décidé de dédier mon année 2019, je voulais “tester” moi-même.

Quelles sont ses vies antérieures ? Peuvent-elles réellement avoir un impact sur ma vie actuelle ? J’avais en somme besoin de preuves et j’ai été servie…

Avec beaucoup de bienveillance, Nadège m’a expliqué en quoi consistait son travail et a commencé par établir mon profil. Ses éléments liés à mon prénom, ma date de naissance notamment, étaient plus que surprenants pour quelqu’un qui ne me connaissait pas (ou qu’à travers mon blog et ce que je partage sur les réseaux sociaux et ne m’avait jamais rencontrée en vrai). Elle a ensuite enchaîné sur les vies antérieures qu’elle avait pu visiter suite à ma demande et mon besoin d’apaiser la colère qui m’habite depuis toujours et caractérise mon mauvais caractère. Ce qui est ressorti m’a bouleversée. Par aucun moyen, Nadège ne pouvait avoir eu accès à ce degré de détails qui ressortent dans ma vie actuelle. Les émotions m’ont alors submergée, une image précise que j’ai en tête d’un lieu particulier (mais jamais visité) a pris alors tout son sens. Nombreuses de mes réactions inconscientes, automatisées, de mes choix, de mes préférences, de mes idées ont alors trouvé leur origine. Et c’est comme si on me lisait ma propre histoire, celle qu’on ne m’avait jamais racontée parce que ce livre n’est pas toujours accessible, surtout quand on en en ignore l’existence.

Je suis plutôt cartésienne, du moins je le croyais, j’étais très bonne en maths au lycée et même après, j’ai un esprit plutôt scientifique mais l’un n’empêche pas l’autre. Le rationnel peut aussi trouver explication dans le irrationnel. De grands scientifiques d’Oxford notamment admettent désormais, qu’ils ne trouvent pas les réponses aux origines du monde et de nos vies, de la conscience et de la matière, au point de s’en remettre à une force supérieure, qui nous dépasse entièrement et nous régit pourtant (source : magazine indépendant NEXUS). Mais cela n’a pas suffit pour me décider à publier ce post. Comme un refus de cette réalité invisible, une vie de l’âme dont je ne suis que l’enveloppe. Je lis en ce moment, le livre d’Estelle Penain “Naître fille, devenir femme“, ed.  Leduc, que j’ai rencontrée à Deauville le 8 mars dernier à l’occasion de la Journée de la femme 2019. Elle exposait son livre et je ne saurais expliquer cette force qui m’a attirée vers elle. Le titre ne me parlait pas mais son contenu est tout ce dont j’avais besoin pour me rassurer sur cette démarche au sujet de mes “annales akashiques”. Je n’étais donc pas la seule à “y croire” et à le vivre. Et comme si cette preuve ne me suffisait pas, je reculais encore l’écriture de ces lignes. J’ai réussi à publier un premier post en rapport avec mon vécu récent : “Les messages que la nature nous envoie” et puis je me suis arrêtée. Et comme un nouveau signe, je tombe sur cet article de Paris Match (ok on repassera pour la source scientifique) sur le livre de Stéphane Alix aux éditions Mama  et je saute enfin le pas pour vous écrire. Si votre curiosité vous a poussé jusqu’ici alors je pense que vous ne jugerez pas celles et ceux qui y croient et dont l’expérience apportent des réponses salvatrices et réparatrices.. 

 

  1. Nadège, comment avez-vous découvert les “annales akashiques” et que sont-elles en réalité ?

J’ai entendu parler des annales akashiques il y a quelques années, mais je ne comprenais pas vraiment ce que c’était. Je sentais que le « concept » m’attirait, mais j’ai mis du temps avant de m’y intéresser vraiment. Ce n’est que l’année dernière que j’ai commencé mes recherches, pour découvrir la richesse de cet outil de développement personnel et spirituel.

Les annales akashiques sont comme une vaste base de données virtuelle contenant toutes les informations sur notre âme : son histoire, ses qualités, ses limitations, etc. En y accédant, on peut découvrir les dons que notre âme a choisis lorsqu’elle a été créée, mais aussi identifier à quels moments de notre histoire nous avons effectué des choix ayant engendré des blocages.

Ces blocages, issus de vies antérieures ou de notre vie présente, peuvent nous empêcher de vivre une vie satisfaisante et il est donc nécessaire de les libérer énergétiquement pour pouvoir avancer.

 

  1. Vous parlez d’âme, de vie antérieure, d’énergie, ces notions peuvent faire peur à certaines d’entre nous, en quoi sont-elles en réalité plutôt rassurantes ?

Je ne sais pas si ces notions sont rassurantes, mais en tout cas elles ne doivent pas nous faire peur !

Notre âme s’est incarnée dans notre corps, sur Terre, pour expérimenter ses dons et être en constante évolution. Nous évoluons durant chacune de nos vies, mais parfois nos choix impactent négativement notre âme, ce qui crée des blocages qui peuvent se répéter de vie en vie, jusqu’à ce qu’on parvienne à les surmonter ou à s’en libérer.

En travaillant dans les annales akashiques, il est possible d’effectuer un nettoyage énergétique de ces blocages et d’en ressentir immédiatement les effets. Je précise que cet outil est très efficace, mais qu’il ne nous dispense pas de faire quelques efforts pour activer le changement dans notre vie… 😉

 

  1. À quel moment ce processus et cette démarche de “réalignement” peuvent-ils nous être bénéfiques ?

À tout moment, à condition d’être prêt.e à amorcer le changement et à poser de vraies actions ! En effet, beaucoup de personnes disent vouloir changer, mais restent piégées dans la spirale du rêve, des projets, de la recherche d’informations, de la planification, de la réflexion… sans jamais rien concrétiser dans leur vie « réelle ». Je le sais, car j’ai fonctionné très longtemps comme cela – et pour être honnête, je ne suis pas totalement sortie de ce schéma !

Cette démarche de réalignement peut être bénéfique lorsqu’on ressent un décalage entre nos aspirations et notre vie quotidienne, mais aussi lorsqu’on se retrouve toujours au pied du même mur malgré tous nos efforts pour avancer.

Je crois également que ce processus peut être utile à toute personne qui souhaite se réconcilier avec elle-même, car connaître ses dons est la première étape pour s’accepter pleinement.

 

  1. Les femmes entrepreneuses dont je croise le chemin ont toutes des talents et méritent de croire en elles. Elles ont cependant, comme moi, un manque de confiance en elles, or selon moi la confiance en soi passe par la connaissance de soi. En quoi les annales akashiques peuvent-elles nous aider à mieux nous connaître ?

 

Nous sommes nombreuses à pâtir du syndrome de l’imposteur ! Je ne fais pas exception, et je dois parfois me battre pour reconnaître ma valeur et mettre mes services en avant. Mais le fait de mieux me connaître a généré une confiance en moi plus « tangible », car elle s’appuie sur ce que je suis et non sur ce que je crois être.

La plupart des méthodes de connaissance de soi reposent sur une introspection mentale, ce qui fait que nous pouvons assez facilement nous leurrer nous-mêmes. C’est ainsi que je me suis engagée plusieurs fois dans des voies qui ne me convenaient pas vraiment, parce que j’imaginais que j’allais changer miraculeusement ou parce que je m’appuyais sur une vision de moi faussée par mes expériences passées, mes peurs et mes croyances inconscientes.

Avec les annales akashiques, on revient à la source : les informations proviennent d’une dimension supérieure à notre mental, elles ne peuvent pas « mentir ». En ce sens, il me semble que cet outil peut réellement aider les entrepreneuses à consolider leur confiance en elles et en leur capacité à agir de façon alignée.

 

 

 

Si vous souhaitez sautez le pas, en savoir plus sur ce travail et faire appel aux services de Nadège, vous trouverez plus d’explication sur son site  : Atelier23

Atelier 23 – Suivre son âme, créer sa vie


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.