Développement, ENTREPRENDRE

PRATIQUER LA SOPHROLOGIE

J’ai découvert la sophrologie alors que j’étais enceinte de mon premier enfant. J’avais à peine 25 ans, je n’avais jamais entendu parlé de cette pratique mais elle m’avait été vivement recommandée par les sage-femmes compte tenu de ma personnalité anxieuse voire nerveuse aussi. J’ai vite accroché : dès la première séance, je me rappelle m’être dit que cela pourrait me servir pour mes séances chez le dentiste (je suis une abonnée à vie au mal de dents…) et j’avoue que depuis mes trois grossesses successives, j’ai appris à relativiser la douleur et à l’appréhender autrement. La technique du lieu dans lequel je m’évade m’a particulièrement plu. Mon lieu idéal n’est autre que cette île paradisiaque qu’est la Barbade et sur laquelle mon mari m’a demandée en mariage il ya près de 15 ans. Je me visualise marchant sur la plage le long de l’eau chaude.

Je crois désormais le chemin de bon nombres de femmes indépendantes exerçant de le domaine paramédical et partageant leur expérience en ligne. Certaine sont naturopathes, d’autres sage-femmes, il y a aussi des psychologues et des sophrologues qui suivent la communauté des Entrepreneuses Créatives que je co-anime ! C’est le cas notamment d’Amélie qui a créé l’application Be Yourself pour vous aider à pratiquer la sophrologie au quotidien. Elle vous donne ici quelques conseils pour vivre mieux votre choix de l’entrepreneuriat.

1. Qu’est-ce que la sophrologie et comment/pourquoi êtes-vous devenue sophrologue ?

La sophrologie est une méthode psycho-corporelle qui permet de se reconnecter à soi, ses sensations, ses émotions, à retrouver un équilibre corps/esprit.

Avant d’être sophrologue, j’ai été pendant 12 ans travailleur social. J’ai adoré ce métier, mais je me suis épuisée au fil du temps. Et je constatais que mes collègues étaient dans la même situation que moi, allant pour certaines d’entre elles jusqu’au burn-out.

Parallèlement à cela, j’ai subi une opération du dos qui a occasionné pendant plusieurs années de fortes douleurs chroniques. Et ne souhaitant pas me faire réopérer, je me suis tournée vers la sophrologie. Après en avoir éprouvé à titre personnel tous ses bienfaits, j’ai initié ma reconversion et me suis formée à ISEBA (Ecole de sophrothérapie de Bordeaux), où j’ai obtenu en 2014 mon titre de sophrologue RNCP.

2. En quoi cette pratique au quotidien peut permettre une meilleure connaissance de soi pour les entrepreneuses qui la pratique ?

Pratiquer la sophrologie permet de réaliser un pas de côté, se relaxer des multiples sollicitations que l’on peut vivre en tant qu’entrepreneuse, pour ce replacer dans l’œil du cyclone : cette zone calme que l’on peut tous et toutes trouver en soi, malgré le tumulte de la vie extérieure.

En revenant à des basiques,à savoir sa respiration, ses sensations, on s’autorise à revenir à l’essentiel pour soi. Ainsi, sans y mettre une volonté particulière, les tensions s’apaisent, les pensées se réorganisent, ce qui permet à l’entrepreneuse de garder le cap, de repartir dans sa journée, plus au clair avec ses priorités.

3. Quels sont les conseils que vous donneriez aux femmes qui peuvent souffrir de manque de confiance, du syndrome de l’imposteur, de frustration quand elles entreprennent, au risque même de frôler le burn-out créatif ? 

Entreprendre, c’est une vraie aventure, un parcours souvent semé d’embûches. Les choses se passent rarement telles qu’elles ont été projetées et dans les temps prévus. Cette part d’imprévisible peut induire en effet, un sentiment d’insécurité et générer une forme de dépréciation chez les femmes entrepreneures.

Voici 3 conseils simples que j’invite à suivre :

1 – Échangez, parlez, ouvrez-vous !

Sortez de l’isolement et échangez avec des femmes et des hommes qui entreprennent.

C’est important de se sentir entendue, comprise par des personnes qui vivent ou ont vécu les mêmes problématiques.

2 – Faites-vous plaisir !

Pour rester dynamique, créative et motivée, il est indispensable de prendre du temps pour se ressourcer.

Manger au restaurant, sortir avec des amis, lire un bon livre, aller danser… accordez-vous une fois par semaine un moment de plaisir, loin de vos préoccupations de cheffe d’entreprise !

3- Soyez bienveillante avec vous-même !

Vous n’êtes pas une machine et bien heureusement. Entreprendre demande de l’audace et du courage.

Acceptez que les choses ne se passent pas toujours comme vous les avez prévu. Vous faites de votre mieux et quoiqu’il arrive, vous apprenez des situations que vous rencontrez.

Alors stop au jugement, accordez-vous de la douceur !

 >> Retrouvez son appli  : Be Yourself <<

 

Photo en tête by Artem Kovalev on Unsplash

Laisser un commentaire