Ateliers, Diy

Juillet : on apprend à bouturer

C’était en mars dernier, je rencontrais pour la première fois @margochato à l’occasion de l’un de ses ateliers “green” qu’elle organise à Rouen le dimanche. J’y avais passé un chouette moment et avais ainsi fait mes premiers pas en bouturage. J’ai depuis conservé précieusement mes bébés plantes qui poussent lentement mais surement dans ma salle de bains où l’humidité semble leur plaire. J’ai donc pensé à Margaux pour le post de juillet, septième article de ma série : une année pour s’initier, que j’espère bien mener à terme ! Un rendez-vous mensuel au cours duquel je vous propose de découvrir une discipline manuelle et créative dans le but de vous donner envie de vous y essayer…. Margaux vous parle donc ici de sa passion pour les plantes et leur bouturage.

1.     Qu’est-ce que le bouturage ? A qui cette technique est-elle réservée ?

 Le bouturage, c’est un moyen tout simple de multiplier ses plantes d’intérieur mais aussi d’extérieur. On en prélève une petite partie (une tige, une feuille …) qu’on plonge dans de l’eau ou du terreau pour que des racines se forment. On obtient ainsi une nouvelle plante, à offrir ou à s’offrir.

Et bonne nouvelle : le bouturage est à la portée de tous, petits comme grands, il est destiné à tous les fans de plantes qui en veulent toujours plus sans pour autant se ruiner !

2.     Comment y es-tu venue ? Comment t’es-tu initiée à cette pratique ? D’où te vient ta passion pour les plantes ?

Je pense que la « green attitude » m’a été transmise assez inconsciemment par mes jolies mamies, reines de leur jungle. Quand j’étais petite, je me souviens que tous les printemps, mes parents plantaient dans le jardin les boutures d’hortensia piquées chez elles. Et aujourd’hui, quand je leur rends visite, c’est moi qui repars les bras chargés de leurs minis plantes !

Bon du coup, quand j’ai compris que moi aussi je pouvais faire ça, je m’y suis mise ! J’ai d’abord testé, sans vraiment m’y connaître et avec pas mal d’échecs. Au fur et à mesure de mes petites expériences, tout ça a commencé à être fructueux et depuis, je ne me suis plus arrêtée ! Je reviens toujours de vacances avec une tige ou une feuille à faire pousser …

L’essentiel est de faire plusieurs essais, le bouturage n’est pas une science exacte, ça ne fonctionne pas à tous les coups. Chaque plante ou du moins chaque catégorie de plantes se bouture différemment mais il suffit d’aller faire un tour sur internet pour trouver la méthode adaptée. Et avec de l’entraînement, on peut même réussir à trouver seul, promis !

 

3.     Quel est le matériel dont on a besoin pour se lancer ? Quelles sont tes bonnes adresses online et physiques ou encore des comptes IG/blogs/lectures ?

Les essentiels pour se lancer dans le bouturage sont un sac de terreau pour semis (plus léger et plus riche qu’un terreau classique, il permettra à la future plante de bien se développer), des godets (je suis fan des godets biodégradables en carton), des bocaux en verre (pour les boutures dans l’eau), une paire de ciseau ou un sécateur, et en complément une cloche transparente pour réaliser des boutures à l’étouffée (la chaleur et l’humidité permettent une apparition des racines beaucoup plus rapide).

Ah, et j’oubliais presque, il faut des plantes ! Alors on peut bien entendu trouver son bonheur dans la nature, mais je dois avouer que je ne résiste jamais à rendre visite à mon fleuriste rouennais chouchou « Au jardin de l’aître ». L’organisme « Plantes pour tous », qui se balade de villes en villes est aussi une bonne alternative avec ses petits prix. Pour les blogs et comptes Instagram, je suis une adepte du ‘boutureur’ de l’extrême @anton_peaks et de la ‘plant mama’ @morganours (et son blog Plan B).

Si je devais choisir un seul livre ce serait sans aucun doute Urban Jungle d’Igor Josifovic et Judith de Graaff, la bible moderne des plantes d’intérieur remplie d’astuces et de DIY.  Et parce faire des boutures c’est bien mais les échanger, c’est mieux, ma bonne adresse, c’est le Café Perdu à Rouen pendant les Green Sundays bien sûr ! 😉

 

4.     En quoi recommanderais-tu la pratique de cette discipline pour cette année 2018 ?

  • Parce que vivre dans une jungle urbaine c’est plus fashion que jamais,
  • Parce que mettre les doigts dans la terre, ça ne coûte rien et ça fait du bien,
  • Parce que se reconnecter à la nature c’est un des principes du Slow Living, et qu’on adore ça,
  • Parce que le bouturage, ce n’est pas un sport olympique de mamies mais une activité pour tous,
  • Parce qu’une bouture c’est un défi et c’est un peu de magie quand ça réussit,
  • Parce que s’échanger des minis plantes c’est fun et ça fait toujours très plaisir,

 

Alors le bouturage, on s’y met en 2018 mais on continue en 2019, 2020, 2021, … !!!

Pour retrouver Margaux : https://margochato.fr/

Laisser un commentaire